PETER DOHERTY & FREDERIC LO, THE FANTASY LIFE OF POETRY & CRIME

Peter Doherty et… Charlotte Gainsbourg : Sylvie Verheyde les avait rassemblés sur grand écran pour La confession d’un enfant du siècle. Si le souvenir du film, présenté à Cannes en 2012*, s’est estompé, la rencontre de Peter et Charlotte, que l’anglais rapporta sans filtre, est restée en mémoire. Une séquence qui défraya la chronique au registre Fait divers, occultant ses débuts d’acteur et les compliments de la réalisatrice sous le charme : « il a cette profondeur dans la légèreté qui peut paraître superficielle sans l’être jamais ». C’est très exactement ce que l’on peut dire du chanteur Doherty à l’écoute de The fantasy life of poetry & crime. Conséquence d’une autre rencontre, fructueuse si l’on en croit l’accueil fait au disque, celle de Frédéric Lo, voltigeur des causes perdues, et de Peter Doherty, clochard céleste dans un entre-deux rédempteur. Il est là, occupant l’espace dans son entièreté avec une désinvolture désarmante. Sur des mélodies ciselées par Lo, le chant, instinctif, flirte avec le vide. Toujours sur le fil, la voix vrille et se rétablit ; cherche un point d’appui et rebondit ; dérape et retrouve la note. Doherty chante approximativement mais avec une charge émotive pleine d’éloquence qui balaie toutes les réserves. Un chant titubant, totalement assumé puisque jamais apuré, tous contextes considérés, Libertines, Babyshambles, Puta Madres ou en solo dont le premier jet Grace/Westlands (2009) trouve un écho éclatant dans cette récidive. Ici cordes et piano viennent efficacement le consolider ( The fantasy life of poetry & crime – The Epidemiologist – The ballad of…). « À mesure que Fred inventait ses idées musicales, j’écrivais les paroles sur le vif. C’était un défi à la fois excitant et incertain, car on ne savait pas si l’inspiration serait toujours là le lendemain, mais elle l’était bel et bien » commente Doherty. Le disque s’est ainsi fait, sans temps mort dans l’étroite complicité d’un poète-interprète et d’un compositeur-réalisateur très inspirés. Défi relevé avec brio XXL.

Un disque Virgin
* sélection Un Certain Regard,
PETER DOHERTY & FREDERIC LO, THE FANTASY LIFE OF POETRY & CRIME

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s